Jean-Yves Robin

Chefs d’établissement. Le burn-out n’est pas une fatalité !

20.00

Le 21 septembre 2019, Christine Renon directrice d’une école primaire se suicidait dans les locaux de son établissement. Elle laissait derrière elle une lettre, cet écrit en dit long quant aux souffrances qu’elle a dû endurer tout au long de l’exercice de sa mission. « Les directeurs sont seuls ! écrivait-elle, seuls pour apprécier les situations, seuls pour apprécier la situation car les parents ne veulent pas de réponses différées, tout se passe donc dans la violence de l’immédiateté. Les directeurs sont particulièrement exposés et on leur en demande de plus en plus sans jamais les protéger […] je dois dire que je n’ai pas eu conscience du soutien que devrait nous apporter l’institution […] l’idée, c’est de ne pas faire de vague et de sacrifier les naufragés dans la tempête ! Pourvu que la presse ne s’en mêle pas ! » Ce cas si tragique et si singulier vient confirmer les résultats d’une étude parue en février 2019. Elle porte sur un échantillon de 3000 proviseurs et principaux de l’enseignement public. Un chef d’établissement sur quatre serait en état d’épuisement, 14% en état de burn-out. Et ces symptômes touchent également les chefs d’établissement du privé comme le montre cet ouvrage. Alors que faire ? C’est précisément tout l’intérêt de cette recherche, ne pas en rester à l’élaboration d’un diagnostic. Il ne suffit pas d’énoncer ou de dénoncer encore faut-il proposer. Il s’agit donc pour les chercheurs en sciences sociales de prendre le risque d’être force de proposition en élaborant des dispositifs à la frontière de l’action et de la formation qui pourraient contribuer à réduire la souffrance au travail. C’est précisément l’histoire de cette aventure institutionnelle qui se trouve relatée dans ce livre. Elle a rassemblé une dizaine de chercheurs de différentes disciplines ainsi qu’une cinquantaine de chefs d’établissement ou de responsables de l’enseignement catholique. On y découvre combien il est primordial d’offrir à ces managers d’un genre si particulier des espaces/temps pour se dire et se faire afin de ne pas être défaits. Par conséquent, cet ouvrage permet non seulement d’identifier les caractéristiques essentielles et chronophages de l’activité des chefs d’établissement. Elle ne renvoie nullement à des questions techniques, économiques ou budgétaires ; en bien des cas, elle correspond à la gestion de situations sensibles qui sont potentiellement critiques. Pour les chefs d’établissements, en parler n’est pas un luxe, c’est même une façon de reprendre la main sur son quotidien et son destin. Comme quoi, le burn-out n’est pas une fatalité !

 

Jean-Yves Robin, psychosociologue est professeur en sciences de l’éducation à l’UCO et professeur associé à l’Université de Sherbrooke (Québec). Ses travaux portent sur les itinéraires professionnels des cadres et des dirigeants. Parmi ces publications les plus récentes, une note de synthèse parue en 2017 dans la revue Savoirs consacrée à la fabrique des managers ainsi qu’une étude portant sur les Directeurs Généraux des Services parue aux Presses Universitaires du Septentrion dans un ouvrage intitulé Dans l’ombre des élus.

Informations complémentaires

Format

16,5×23

ISBN

9782356878328

Pages

216

Disponible sur commande