Mauss International

Une nouvelle Revue du MAUSS en langue anglaise, uniquement disponible en numérique
MAUSS International.
Interventions anti-utilitaristes dans les sciences sociales

La nouvelle revue MAUSS International vise à faire connaître les travaux et les perspectives du MAUSS (Mouvement Anti-Utilitariste en Sciences Sociales) à un public international. Publiée principalement en anglais (avec une ouverture à la publication dans d’autres langues), MAUSS International est une revue indépendante, interdisciplinaire et généraliste, évaluée par les pairs.

Reconnu  très tôt par des chercheurs tels que Mary Douglas, Albert O. Hirschman, Marshall Sahlins et Annette Weiner, salué par David Graeber comme l’un des mouvements intellectuels les plus passionnants au sein de la théorie sociale française, le MAUSS a été fondé en 1981 par Alain Caillé et de proches collaborateurs pour résister à l’envahissement croissant des approches économistes néoclassiques dans les sciences sociales et dans la société en général. Il a publié une masse de textes en français dans sa revue, la Revue du MAUSS (initialement appelée Bulletin du MAUSS), ainsi qu’une collection de livres, articles et ouvrages dont la plupart n’étaient pas jusqu’à présent accessibles à un public international.

Le MAUSS a été dénommé ainsi en partie en hommage à l’œuvre de Marcel Mauss, dont l’Essai sur le don (1925), texte classique mais souvent mal compris  méconnu, constitue une source d’inspiration inépuisable pour construire une alternative paradigmatique aux approches utilitaristes dans les sciences sociales. Pourtant, loin d’être une exception isolée, l’œuvre de Mauss fait écho au courant anti-utilitariste qui inspire centralement les penseurs les plus éminents des sciences sociales classiques, tels que de Tocqueville, Marx, Durkheim, Weber ou Simmel. Ce courant anti-utilitariste est également présent dans de nombreux courants de la théorie sociale contemporaine que le MAUSS met en dialogue avec les perspectives néo-maussiennes. Il offre ainsi un ensemble de ressources intellectuelles qui permet de mieux faire face aux multiples défis actuels (épistémologiques, théoriques, philosophiques, éthiques et politiques), tout en transcendant les spécialisations et en résistant à un déconstructionnisme souvent stérile et impuissant.

MAUSS International publie tout autant des textes originaux d’auteurs et d’autrices du monde entier, des contributions associées au MAUSS, ainsi que des traductions et des présentations synthétiques de travaux publiés à l’origine dans la Revue du MAUSS. Elle promeut l’originalité, le dialogue et le débat sous des formes variées et publiera volontiers des entretiens, des textes courts et incisifs, des rééditions, des classiques, des extraits, et même, à l’occasion, des textes très longs, comme l’a fait la Revue du MAUSS depuis quatre décennies, devenant ainsi l’une des publications interdisciplinaires et généralistes les plus importantes et les plus durables de la francophonie. Comme le corpus du MAUSS l’a clairement montré, une science sociale anti-utilitariste n’écarte pas l’intérêt personnel comme motif d’action sociale. Il s’agit plutôt de résister à la réduction généralisée de l’action sociale à l’intérêt personnel ou à la domination, de reconnaître au contraire la pluralité des motifs et la complexité irréductible des interactions humaines, et d’adopter ainsi une approche résolument plurielle et multidimensionnelle de la vie sociale.

 

Appel à contributions

Le MAUSS International lance un appel à contributions dans les domaines suivants, non exclusifs :

  • recherches sur le don stricto sensu dans tous les domaines de la vie sociale ;
  • travaux développant ou complétant l’élaboration progressive d’un paradigme du don ;
  • contributions à l’extension des approches anti-utilitaires à un large éventail de faits et de questions sociales ;
  • contributions au projet d’une science sociale générale anti-utilitaire, contrecarrant les tendances dominantes à l’hyper-spécialisation, tout en maintenant une distance critique avec l’hyper-déconstructionnisme et le relativisme ;
  • recherches qui se concentrent sur ou prennent en compte les dimensions normatives intrinsèques à tout domaine d’enquête des sciences sociales ;
  • travaux qui explorent et questionnent les ramifications, résonances et complémentarités entre la sociologie classique, la philosophie morale et politique et l’anthropologie ;
  • études qui mobilisent spécifiquement des approches anti-utilitaires sur des questions d’écologie, de genre, d’éthique, d’esthétique sociale, d’identité, de postcolonialisme, de culture populaire et d’autres domaines de recherche émergents.

 

Une brève histoire du MAUSS

L’histoire du MAUSS peut être grossièrement divisée en trois phases :

 

La première décennie (1981 – 1993) a été consacrée à la définition de ce que l’on entendait réellement par anti-utilitarisme (et donc par utilitarisme) et à l’élaboration d’une critique des approches inspirées de la théorie du choix rationnel, ainsi que des critiques des influences néoclassiques dans les œuvres d’auteurs éminents tels que Raymond Boudon, Michel Crozier, Pierre Bourdieu, etc.

La deuxième période (1993 – 2003) a été largement consacrée au développement du concept de don et à son application aux sociétés contemporaines, montrant comment, loin de disparaître dans la modernité, la dynamique du don reste une force vitale dans les sociétés contemporaines. Les contributions de cette période faisaient partie d’une tentative plus générale de concevoir une alternative théorique complète, générale et empiriquement fondée – regroupée sous le terme de « Paradigme du don » – capable de contrecarrer l’omniprésence des orientations utilitaires dans les sciences sociales dominantes.

La troisième période (2003 – à ce jour) a étendu le don à une théorie générale de l’action sociale tout en appliquant le paradigme du don à l’étude de questions cruciales telles que la reconnaissance, le soin, la sympathie, l’identité, la politique, la religion, la nature, le genre, la classe sociale, le travail, les organisations, les politiques économiques, l’urbanité, la violence, et bien d’autres encore.

Aujourd’hui, la priorité est de mettre ces perspectives à la disposition d’un public beaucoup plus large, dans un horizon international, et de les développer dans de nouvelles directions, tant les défis auxquels nous sommes confrontés, dans le monde en général ainsi que dans les sciences sociales et humaines, exigent tous de nouvelles façons, audacieuses, d’observer et de comprendre le monde.

Le MAUSS International est publié par les éditions Le Bord de l’Eau et distribué par Cairn International Edition.

 

Le premier numéro sortira en septembre 2021 !

Pour plus d’informations, veuillez contacter l’un des rédacteurs en chef : Philippe Chanial (philchanial@gail.com), François Gauthier (francois.gauthier@unifr.ch), Ilana Silber (ilana.silber@biu.ac.il) ou Frédéric Vandenberghe (fredericvdbrio@gmail).

 

Founded by Alain Caillé, directed by Philippe Chanial

For four decades now, the MAUSS (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales) has been at the heart of the debates in social sciences in France and in French-speaking countries. While this landmass of works has found resonance and relays in Latin countries such as Italy as well as across South America, it has barely percolated across the language and cultural barrier into English – and therefore international – scholarship. For those of us who do, within the MAUSS, publish in English, how often have we been obliged to disappoint interest in this perspective because of the unfortunate unavailability of core MAUSS texts? This is the aim of the MAUSS International journal: To bring MAUSS-branded scholarship to a truly international audience and thereby partake more forcefully in the important debates in social sciences today.

Photo de l'auteur

Alain Caillé is professor of sociology at the University of Paris X. Author of numerous works translated around the world, he founded the MAUSS (Anti-utilitarian Movement in the Social Sciences) in 1981, and directs the Revue du MAUSS. Philippe Chanial is professor of sociology at the University of Caen. He has notably published: Justice, don et association. La délicate essence de la démocratie (La Découverte, 2001); in collaboration with J.L Laville, A.Caillé et al., Association, Démocratie et Société Civile (La Découverte); in collaboration with D. Cefaï, L'association comme politique (Thierry Quinqueton éditeur) et Benoît Malon, La Morale sociale (Le Bord de L'eau, 2007).