Bruno Viard

Les Esprits fraternels. L’Héritage retrouvé du socialisme républicain

18.00

Disposons-nous d’une synthèse idéologique et morale proportionnée aux défis de notre siècle ? La notion de progrès est critiquée de toutes parts. La synthèse catholique l’est aussi. Et que dire de l’utopie qui trouva son acte de naissance dans le Manifeste communiste de 1848 ? Les grands combats actuels, l’écologie, la justice sociale, l’antiracisme, le féminisme sont-ils condamnés à s’improviser sans racines solides dans la culture européenne ?

Cet ouvrage montre qu’une succession de déviations a laissé en jachère le meilleur de notre patrimoine. Progressivement éliminé au cours des trois Internationales des Travailleurs, le socialisme républicain, n’a pas été relevé dans toute sa richesse malgré la chute du communisme. Sous la conduite de Jacques Viard (1920-2014), ce livre reprend le cours de l’histoire à partir de 1830 et parcourt le chemin balisé par Pierre Leroux, Louis Blanc, le premier Proudhon, Michelet, Péguy, le premier Jaurès, Simone Weil et tant d’hommes et de femmes dont le nom est tombé dans l’oubli. Il apparaît que le socialisme républicain était largement libéral, antiraciste, philosémite, féministe et écologiste avant la lettre.

Abaissant les barrières entre les disciplines, Jacques Viard met en communication histoire, politique, philosophie, morale, et redonne à la littérature toute la place qui lui revient dans la formation des esprits fraternels. Car elle est plus sensible que les théories, charnelle même, plus dialogique et inscrite dans la diachronie. Jacques Viard se livre lui-même à une lecture approfondie et renouvelée de Sand, de Proust, de Giono.

 

Cette synthèse s’enracine dans une histoire européenne revisitée, communiquant avec les autres traditions de l’humanité. À la suite d’Alfred de Vigny, Jacques Viard nomme « esprits fraternels » les grands sages de l’humanité, Bouddha, Homère, Socrate, Jésus, les grands hérétiques, les grands écrivains, etc. dont le message émancipateur précède 1789 et 1848. Le socialisme républicain n’est pas en rupture avec le christianisme profond mais il le réoriente vers la cité terrestre tout en soulignant ses racines orientales.

 

Bruno Viard, Professeur émérite de littérature française, a rassemblé pour cette enquête les abondantes pièces éparses laissées par son père, Jacques Viard, qui fut professeur de Lettres dans la khâgne du lycée Thiers de Marseille puis à l’Université de Provence.

 

 

Informations complémentaires

Format

16,5×23

ISBN

9782356877959

Pages

264

Indisponible

Thème : , Collection :