La ville inaccessible

Essai sur une fabrique des gilets jaunes

16.00

Dans notre pays d’ingénieurs pionniers, doté d’infrastructures et de moyens de transports remarquables entre la capitale et la Province et au cœur de nos grandes villes, la révolte des gilets jaunes de novembre 2018 a révélé une France de la voiture inquiète de son avenir et en rupture profonde avec le discours urbain dominant.
5 ans après, force est de constater que ses conditions de déplacements essentiels n’ont cessé de se dégrader autour de nos grandes villes de Province sous l’effet d’une métropolisation essentiellement régie par l’augmentation du prix du logement. Si l’Etat, les Régions et nos collectivités locales n’ont pas ménagé leurs efforts en matière de financement des transports, notamment du rail qui y tient une place considérable, il apparaît que les grandes périphéries urbaines comme le monde rural constituent une quasi « zone blanche » de notre offre de solutions de transports publics.
Cette situation hors de contrôle, qui n’offre d’autre alternative qu’un recours à la voiture individuelle est aujourd’hui exposée aux tensions sur le prix des carburants suscitées par la guerre en Ukraine. Elle constitue une profonde injustice sociale et économique et une impasse écologique qui menacent gravement la cohésion républicaine et se sont clairement exprimés dans le vote des Français aux élections d’avril et de juin 2022.
S’appuyant sur la situation bordelaise, représentative de la plupart de nos Métropoles et grandes Agglomérations provinciales, l’auteur met en évidence le fossé qui se creuse à grande vitesse entre un monde urbain qui entre dans une nouvelle ère des mobilités débarrassée du coût et des nuisances de l’automobile, et un monde périphérique qui en subit l’aggravation sans échappatoire.
Au-delà des solutions d’avenir comme les « RER » métropolitains et la décarbonation de l’automobile, qui seront de mise en œuvre longue et coûteuse et ne répondront pas à toutes les situations de congestions routières, l’auteur préconise que le développement d’une offre de transports publics attractive dans nos territoires périphériques et urbains constitue la grande priorité nationale de nos politiques de transports pour les toutes prochaines années.
Pour ce faire il en appelle à des politiques rail-route étroitement intégrées plutôt qu’à une guerre des modes caricaturale et contre productive et, pour les mettre en œuvre, à une grande loi de Gouvernance des mobilités de proximité permettant de clarifier les compétences et les financements respectifs de l’Etat et des Collectivités locales et d’instaurer des solidarités politiques, financières et techniques ville-campagnes en matière de mobilités.
Ce livre est un cri d’alarme républicain, face à des villes dont les habitants aspirent légitimement à un cadre de vie plus qualitatif, déjà équipé en transports collectifs de qualité et voué à un développement du vélo et de la marche dans un environnement public revégétalisé, mais de plus en plus « fermé » aux périurbains et aux ruraux.
Cette évolution est en marche rapide, infiniment plus rapide que celle de l’offre de mobilités alternatives aux périurbains et aux ruraux dont les emplois, les services et les aménités de la ville , ne se déplaceront pas de sitôt dans tous les bourgs et villages de France.
Elle constitue un défi à la liberté de déplacement et au libre accès de tous au territoire national dans des conditions non discriminatoire.
Ses conséquences sont injustifiables socialement et politiquement délétères. Elles appellent des solutions urgentes, qui sont l’objet de ce livre.

 

Diplômé d’aménagement du territoire et d’économie spatiale, Gilles Savary, ancien député national et européen, est devenu un acteur de référence des politiques nationales et européennes de transports au cours des trente dernières années.

Informations complémentaires

Format

13 x 20 cm

ISBN

9782356879059

Pages

192

Disponible sur commande

Thème : , , Collection :