Joanna Kubar

Être Juif et Polonais après 1945

Entre le Parti et l’Église : ambiguïtés et instrumentalisation

18.00

Des Juifs vivaient en Pologne après la Shoah.

« Me tournant alors vers l’expérience de mes parents, je rapporte et essaie de comprendre leur choix de vie, leur décision de ne pas quitter la Pologne après la guerre, eux, rescapés de la Shoah. Mon père et ma mère sont devenus, tous deux, éditeurs et journalistes. L’un et l’autre se sont adaptés à la République populaire de Pologne, d’abord ensemble : puis mon père est resté seul là-bas, tandis que ma mère, en est partie après 1968 et s’est installée aux États-Unis. »

Joanna Kubar, en interrogeant la vie de ses parents, tente de répondre à une question universelle : quel est le sens de notre attachement à notre terre d’origine ? Elle-même se pense comme Française d’origine « Juive polonaise ».

 

Née à Varsovie en 1947, Joanna Kubar a quitté la Pologne à 21 ans et vit en France depuis. Docteur ès Sciences et docteur en Médecine elle a accompli sa carrière au CNRS. Juive active dans le mouvement Massorti elle accompagne avec espérance le sort des siens en Pologne. Elle est l’auteur de deux romans Douce est sa mort ou apoptose (Ed. du Losange), La java du candidat (Au pays rêvé) et d’un essai d’ordre scientifique Un parasite à la conquête du cerveau (EDP sciences).

Informations complémentaires

Format

13 x 20 cm

ISBN

9782356879127

Pages

168

Disponible sur commande

Thème : , Collection :