Les voies du politique

Une Loi Pour Les Retraites
Gilles Candar & Guy Dreux

La question des retraites ouvrières et paysannes est un des principaux thèmes de propagande et d’action du syndicalisme et des socialistes à la fin du XIXe siècle comme au début du XXe. Elle figure tant au programme du Bloc des gauches victorieux en 1902 qu’à celui du gouvernement Clemenceau formé après les élections de 1906. Elle aboutit à la loi du 5 avril 1910, à la fois pionnière dans la législation sociale mise en place, non sans hésitations, délais et traverses, par la République et incontestable moment de déception pour le prolétariat militant. La loi est combattue aussi bien par la CGT d’orientation « syndicaliste révolutionnaire » que par Jules Guesde et ses amis au sein de la SFIO et à la tribune de la Chambre.
Malgré l’importance de la loi d’avril 1910, on connaît assez peu les très riches débats que cette question provoqua au sein du mouvement ouvrier, aussi bien dans la presse que dans les congrès ou au Palais-Bourbon. Que fallait-il entendre par retraite ? Devait-elle signifier l’arrêt de tout travail ? À quel âge fallait-il la recevoir ? Comment devait-elle être financée ? Qui devait la percevoir ?
Guesde et ses amis (Lafargue, Bracke, Luquet…) et les syndicalistes révolutionnaires (Merrheim, Monatte, Jouhaux…) condamnent un système de capitalisation (ne pouvant servir que les intérêts du capitalisme), le principe même de la cotisation ouvrière (une escroquerie) et le fait que des pensions ne seront versées qu’aux travailleurs de plus de 65 ans (« Non à la retraite pour les morts ! »). En face, Jaurès mais aussi Vaillant, Albert Thomas, Sembat et les syndicalistes réformistes (Niel, Claverie…) soulignent l’importance d’inscrire dans la législation le passage de l’assistance au droit, la reconnaissance de la légitime intervention de l’État, le progrès de la socialisation des richesses et le potentiel d’émancipation ouvrière par la gestion des caisses de retraites.
Ces débats permettent de mieux comprendre l’extraordinaire transformation à l’œuvre : l’avènement de l’État providence. Or, contrairement aux affirmations des théoriciens de la « société du risque » (cf. François Ewald, L’État providence, Grasset, 1984), cette protection sociale est conçue, par les socialistes, comme l’affirmation essentielle de la dette sociale et de la propriété sociale. Cette reformulation n’est pas sans intérêt aujourd’hui, alors même que toutes les réformes actuelles tentent d’individualiser les charges et les bénéfices de notre système de retraite.

L'auteur : Gilles Candar (Société d’études jaurésiennes) est un historien français, spécialiste des XIXe et XXe siècles et des gauches françaises. Guy Dreux est membre de l’Institut de Recherches de la FSU.

format : 13x20.5
300 pages
ISBN : 978-2-35687-052-0
Prix de vente public : 20.00€

22.00 € TTC
(port et emballage compris)