Documents

L’alt-right : De Berkeley à Christchurch
Simon Ridley

Nouveau phénomène, l’alt-right est entré sur la scène politique avec l’élection de Donald Trump en 2016. Le monde semble alors pris de court par la vitesse des mutations d’un mouvement qui se structure grâce à la diffusion virale de la désinformation. Comment comprendre une idéologie qui cherche précisément à se fonder sur la confusion idéologique et dont un des principaux objectifs est de troubler l’ordre politique pour accélérer le chaos ?

L’alt-right est particulièrement violente. Les attentats d’El Paso, de Christchurch et de Charlottesville l’ont clairement démontré. Ces attentats ne sont que la face visible d’une haine condensée sur les forums Internet depuis de longues années.

Comprendre les moteurs idéologiques de l’alt-right nécessite de dépasser les analyses critiques en termes de genre et de race, pour les croiser avec une réflexion sur les structures sociales inégalitaires adossées sur les pratiques numériques qui transforment nos habitudes mentales à grande vitesse.

L’ouvrage vise à combler une lacune : malgré la volonté de l’alt-right de faire irruption par les moyens les plus violents dans l’espace public, on continue d’observer une forme d’ignorance plus ou moins cultivée autour de cette idéologie.

Ethnographie multisituée des héritages de la « liberté d’expression » étudiante, devenue le cheval de Troie de l’alt-right, l’ouvrage montre comment l’université, accusée de « censure culturelle », a été prise en otage par le discours du troll Internet qui cherche à opérer un renversement de la culture du discours critique dont l’université a tant fait la promotion.

 

Simon Ridley est docteur en sociologie de l’université Paris Nanterre. Ses intérêts de recherche croisent la contre-culture avec l’histoire de la sociologie et de l’institution universitaire.

 

En librairie en septembre 2020,

format : 16,5x23
192 pages
ISBN : 9782356877277
Prix de vente public : 22.00€

24.20 € TTC
(port et emballage compris)