Judaïsme

Kaddish Pour La France ?
Juliette Hochberg & Thierry Hochberg

L’Alyah n’a pas toujours été une solution de refuge, raconte le père à sa fille. À l’époque de sa jeunesse au Kibboutz, on partait pour construire, pas pour « échapper à ».

Sans tabou et sur des bases documentées et concrètes, leurs perceptions contrastées nous offrent matière à réflexion. Dans cet échange, entre souvenirs clairs et précis, et avenir sombre et incertain, l’amour, la tendresse et la complicité se sont donné rendez-vous.

******

19 mars 2012. On peut mourir en France parce qu’on est juif.


Malgré les prémices de l’assassinat d'Ilan Halimi, le massacre aux portes de l’école Ozar Hatorah à Toulouse marque le début d’une longue période d’inquiétude dans laquelle est projetée la jeunesse juive française. À tel point qu’une large partie de celle-ci est amenée à choisir l’exil volontaire.

Que des juifs aient à quitter leur pays natal n’est pas une nouveauté au regard des siècles d’Histoire. Ils furent le plus souvent chassés pour un ailleurs improbable. Cette fois, cette hémorragie d’une partie des forces vives de la nation ne se fait pas sous la contrainte de l’autorité en place, mais en réaction à de nouvelles formes d’antisémitisme : les négationnistes 2.0 ont pour idoles Robert Faurisson, Alain Soral ou Dieudonné, les porteurs de kippa sont menacés d’une attaque à la machette, les élèves des écoles juives saluent chaque matin les militaires lourdement armés qui doivent assurer leur protection, et le vendredi, les traditionnels courses de Shabbat se font dans la crainte diffuse de vivre un nouvel Hyper-Cacher. Ce sentiment d’insécurité est si puissant chez certains jeunes qu’il leur est devenu impossible d’envisager un avenir ici.

 

Commence en 2016, parce que les craintes de cette jeunesse ne sont toujours apaisées et que les départs se font chaque année par milliers, un intense dialogue épistolaire entre un père et sa fille. Leurs lettres de doute et de colère, se font l’écho de témoignages recueillis et d’interrogations angoissées que l’on retrouve dans de nombreuses familles juives françaises.

 

Juliette Hochberg est née en 1995. Récemment diplômée de l’Ecole Supérieure de Journalisme, elle a collaboré avec Le Figaro, Madame Figaro, France Télévisions, Canal +.

 

Thierry Hochberg est né en 1959. Ancien responsable du mouvement Hashomer Hatzaïr, il est aujourd’hui libraire de livres anciens et intervenants en géopolitique et philosophie en IUT. Son premier ouvrage, Paris-Auschwitz-Paris, a reçu le prix mémoire de la Shoah.

 

format : 13x20
120 pages
ISBN : 9782356875723
Prix de vente public : 12.00€

13.20 € TTC
(port et emballage compris)